Accueil Plan du site Favoris Liens Recherche Contact

RUBRIQUES

Dourous
Al Bayan
Anti Antounna
Qutuf
Al Janna
Kuntum...
La bulle France
 
VOTER


Voter pour le site

Votez pour mon site ! Votez pour mon site ! Votez pour mon site !
 
 
AL BAYAN : le mâlikisme
 

Le Coran comme référence suprême

La source première sur laquelle s'appuyait l'Imâm Mâlik dans sa jurisprudence fut le Noble Coran comme c'est le cas pour tout musulman. C'est dans les versets qu'il cherchait les jugements légaux et les preuves juridiques. Il estimait que toute personne qui se penchait sur l'interprétation des versets Coraniques devait absolument avoir une grande maîtrise de la langue arabe, la langue de la révélation. " Si on m'amène un homme qui interprète le Coran sans être savant en langue arabe, je le punirai très certainement ", disait-il à ses élèves. La maîtrise de la langue telle qu'elle est parlé et comprise dans le Hijâz est d'une importance qu'aucun savant ne peut réfuter. Tout travail sur le Coran à partir de traduction est caduc et non avenu.

En ce qui concerne les prescriptions divines faites aux peuples préislamiques, Mâlik admettait que ce que Dieu a ordonné aux autres peuples est une loi aussi pour les musulmans, si aucun texte ne vient la contredire. Ceci est traduit dans la pensée malékite par - شرع من قبلنا شرع لنا - la loi de nos prédécesseurs est une loi pour nous. Pour le jeûne par exemple, les prescriptions faites aux juifs ont été modifiées par le Coran et la sunna et donc la prescription du jeûne est maintenue mais prend une spécification islamique. L'interdiction du porc faite aux juifs et aux chrétiens reste quant à elle telle quelle pour les musulmans. Pour autant, il ne tenait pas compte des israélismes (Al israïliyat) en matière d'exégèse. Les israïliyats sont des textes tirés de la Bible et de la Torah ou de la tradition judéo-chrétienne que rapportaient les convertis juifs et chrétiens. Ils étaient utilisés par certains pour expliquer certains passages du Coran ou pour compléter certains récits prophétiques .

Mâlik avait mémorisé le Coran très jeune et le maîtrisait parfaitement. Cette maîtrise transparaît dans son livre Tafsîr Gharîb Al-Qur'ân Al-Karîm (Interprétation des singularités du Noble Coran). Il voyait dans le Coran des principes et des règlements généraux que la sunna venait éclaircir et préciser ses contours. Le Coran était pour lui le verbe et le sens et il ne considérait pas les traductions comme étant du Coran. Mâlik prenait le Coran sous ses trois aspects : le texte, l'apparent du texte c'est-à-dire ce qui est compris par une première lecture comme il prend les raisons de la révélation ou les causes. Les causes de la révélation des passages juridiques du Coran datent tous de la période Médinoise de la révélation. Mâlik connaissait exactement tous les éléments de cette science. La sacralité du Coran était totale et c'est pour ceci qu'il ne rentrera pas dans la controverse sur la création du Coran. Ces controverses et les débats à ce sujet étaient pour lui une nuisance à la parole de Dieu et au savoir.

 
Imprimer l'article Réagir à l'article Envoyer à un ami
© Copyright 2010
Design by Netwebmasters.fr.st - Tous droits réservés.